Select Your Style

Choose your layout

Color scheme

La phytothérapie

 

 

Un peu d'histoire ...

L’emploi des plantes dans un dessein thérapeutique remonte à la plus haute antiquité et concerne un grand nombre de civilisations. Des écrits chinois sur ce sujet datent de plusieurs millénaires. D’autres proviennent de la Grèce antique (rédigés par exemple par Hippocrate ou Dioscoride), du Moyen Âge arabe (textes d’Avicenne, essentiellement) ou du Moyen Âge occidental (textes de l’école de médecine de Salerne, en Italie).

Certains de ces anciens traités de phytothérapie ont été créés à partir d’observations faites sur des malades. D’autres sont inspirés par l’ésotérisme (comme ceux de Paracelse), par la magie, les rites sociaux ou la religion.

Au début du xxe siècle, la phytothérapie est plus ou moins oubliée, concurrencée par l’efficacité des médicaments, dont beaucoup sont d’ailleurs fabriqués à partir de plantes. Elle réapparaît en même temps que se développent l’acupuncture et l’homéopathie.

 

 

 

 

 

Herbe3

Les différentes formes de la phytothérapie

De nos jours et dans les pays occidentaux, il existe plusieurs spécialités, éventuellement combinées entre elles, qui utilisent les plantes à des fins médicales.

aroma L’aromathérapie est une thérapeutique qui utilise les essences des plantes, ou huiles essentielles, substances aromatiques sécrétées par de nombreuses familles de plantes telles que, par exemple, les astéracées, les laminacées ou les opiacées, et extraites par distillation. Ces huiles sont des produits complexes à utiliser avec précaution et en respectant les doses prescrites, car ils ne sont pas totalement sans danger. La voie d’administration la plus intéressante, car la plus rapide et la moins toxique, est la voie percutanée (à travers la peau)..

aloe-vera2 La gémothérapie se fonde sur l’utilisation d’extraits alcooliques et glycérinés de tissus jeunes de végétaux tels que les bourgeons et les radicelles appartenant à environ 60 plantes différentes. Les préparations sont présentées diluées au dixième. Chaque extrait est réputé avoir une affinité pour un organe ou une fonction. Par exemple, le macérat glycériné de bourgeons de Ribes nigrum, ou cassis, dilué au dixième, agit en tant que stimulant de la zone corticale des glandes surrénales, c’est-à-dire de la même manière que la cortisone.

herbal-medic3 L’herboristerie correspond à la méthode de phytothérapie la plus classique et la plus ancienne. Après être tombée en désuétude, elle est de nos jours reprise en considération. L’herboristerie se sert de la plante fraîche ou séchée ; elle utilise soit la plante entière, soit une partie de celle-ci (écorce, fleur, fruit, racine). La préparation repose sur des méthodes simples, le plus souvent à base d’eau : décoction, infusion, macération. Ces préparations sont bues ou inhalées, appliquées sur la peau ou ajoutées à l’eau d’un bain. Elles existent aussi sous forme plus moderne de gélules de poudre de plantes sèches, que le sujet avale. Cette présentation a l’avantage de préserver les principes actifs, qui sont fragiles. Pour que le traitement soit efficace en profondeur, les prises doivent s’étaler sur une période allant de 3 semaines à 3 mois.

homéo L’homéopathie a recours aux plantes d’une façon prépondérante, mais non exclusive : les trois quarts des souches sont d’origine végétale, le reste étant d’origine animale et minérale. Sont utilisées les plantes fraîches en macération alcoolique. Ces alcoolats sont appelés teintures mères : c’est à partir de ces alcoolats que sont préparées les dilutions qui servent à imprégner les grains de saccharose et de lactose que sont les granules et les globules. La teinture mère la plus utilisée est celle de Calendula officinalis, ou fleur de souci.

medchi La phytothérapie chinoise fait partie d’un ensemble appelé « médecine traditionnelle chinoise » qui inclut l’acupuncture et la diététique chinoise. Cette phytothérapie vise à modifier les quantités de différentes énergies ou le circuit de ces énergies dans l’organisme.

Plante8 La phytothérapie pharmaceutique utilise des produits d’origine végétale obtenus par extraction et qui sont dilués dans de l’alcool éthylique ou un autre solvant. Ces extraits sont dosés en quantités suffisantes pour avoir une action soutenue et rapide. Ils sont présentés comme toute autre spécialité pharmaceutique sous forme de sirop, de gouttes, de suppositoires, de gélules, de lyophylisats, de nébulisats (extraits de plantes desséchées par la chaleur), etc. Les concentrations sont assez élevées et la non-toxicité de ces médicaments est parfois relative.

Utilisation thérapeutique

La phytothérapie se donne un champ d’action sur de nombreux troubles, à titre préventif et curatif, dans des cas aigus ou pour modifier des terrains (tendances générales à être victime d’un type de maladie).

Elle s’attache à traiter la cause du mal et non pas seulement ses symptômes. Son emploi s’appuie sur les connaissances traditionnelles, sur l’analyse des principes actifs des plantes et la compréhension de leur mode d’action, ainsi que sur les résultats constatés par les malades.

Cependant, la phytothérapie n’a pas les mêmes bases scientifiques que la médecine moderne officielle, et il est impossible de la recommander pour des affections graves ni quand il existe un traitement moderne plus efficace.

Effets indésirables

Ils sont rares et en général bénins.

Lorsqu’un médecin prescrit une ordonnance comprenant des plantes qui peuvent être toxiques, telles que la digitale ou la belladone, il importe que le patient ne dépasse pas les doses indiquées : les troubles sont souvent liés à une utilisation abusive et trop prolongée de la plante médicinale.

On a signalé des néphropathies et des interactions avec des médicaments.

Définition issue de l’ouvrage « Larousse Médical ».